Baptiste Jamez Fine Arts | Table à jeu dite de « tric trac »
13
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-13,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-10.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Table à jeu dite de « tric trac » d’époque Louis XVI estampillée F. SCHEY


Époque :            XVIIIème siècle
Provenance :    France
Signature :        Fidélys Schey
Matériaux :       Acajou, placage d’acajou, cuir, ébène, ivoire, laiton, bronze doré
Dimensions :    H. 74,5 cm x L. 108 cm x P. 59 cm

Élégante table tric trac en acajou et placage d’acajou. Le plateau mobile marqueté d’un damier d’ivoire et d’ébène sur une face est, sur l’autre, foncé d’un cuir ancien vert doré au petit fer de fleurons, feuillages et d’une alternance de médaillons dans lesquelles s’inscrivent des colombes, instruments de musique et paniers fleuris.

Le pourtour est percé de vingt-quatre trous ornés de pastilles d’ivoire pour le jeu, et deux pour les binets.

Elle ouvre à quatre petits tiroirs en façade, chacun s’inscrivant dans de très fines moulures s’articulant autour d’un encadrement central, que l’on retrouve également sur les côtés.

Les quatre faces du meuble sont ornées de cannelures, que prolongent quatre pieds fuselés, cannelés et rudentés terminés par des sabots de bronze doré.

Paire de bougeoirs à piquer en bronze argenté d’époque XVIIIème.

Estampille de Fidelys SCHEY (1748-1788), reçu maître le 5 février 1777.

Époque Louis XVI

Sont joints des jetons de bois et quatre dés postérieurs.

12 000 euros

Par sa facture tout en sobriété, cette table tric trac est parfaitement représentative de l’œuvre de Fidelys Schey. Cet ébéniste, né dans le duché de Bade, produira de nombreux meubles, Transition mais principalement Louis XVI, dans le plus pur style néoclassique. Il fabriquera des meubles en bois de placage ornés de réserves ou de médaillons de marqueterie. Il exécutera également des meubles en acajou, certains ornés de filets de cuivre ou de fines baguettes de bronze, délicatement sculptés de moulures, cannelures, rudentures et baguettes, remarquables à la puissance et la délicatesse de leurs lignes. Ainsi réalisera-t-il de petits meubles très raffinés tels que des consoles dessertes, rafraichissoirs, tables de salons de formes diverses, bureaux plats… Il recevra quelques commandes du Garde Meuble Royal. L’on sait notamment qu’il a fourni, en 1786 des tables à jeu pour le château de Fontainebleau1 . Il est à cet égard intéressant de rapprocher cette table avec la table à jeu de tric trac provenant de l’appartement de Louis XVI à Fontainebleau et conservée actuellement dans le salon des jeux de l’appartement intérieur du roi au Château de Versailles(2) .

Musées et collections publiques :

Chaalis, Musée Jacquemart-André – secrétaire Louis XVI en acajou et placage d’acajou, bronze doré, encadrements à grecques Évreux,
Musée d’Art Histoire et Archéologie – console en acajou et placage d’acajou, bronze doré. Paris, État-major de la Marine, Hôtel de la Marine – armoire-bibliothèque Louis XVI en acajou et placage d’acajou, bronze doré.

Bibliographie :

Pierre Kjellberg – Le Mobilier Français du XVIIIème siècle – Les Éditions de l’Amateur – 2008 Comte François de Salverte – Les Ébénistes du XVIIIème siècle – Les Éditions d’Art et d’Histoire – 1934


1/ Pierre Kjellberg, Le Mobilier Français du XVIIIème siècle, Paris, 2008, p. 826.
2/ « Table à jeu de tric trac », Anonyme, Paris XVIIIème siècle, n° d’inventaire GME 11640, acajou et placage d’acajou, ébène, ivoire, bronze verni, laiton et cuir